Le « tout-connecté » dans les salles de remise en forme?

Fitness

Musculation

Le « tout-connecté » dans les salles de remise en forme?

par Preston-Lee Ravail

Preston-Lee Ravail

lundi 16 juillet 2018

Est ce que le « tout-connecté » dans les salles de remise en forme n'est pas un obstacle à l'élaboration de liens sociaux ?

Partie 1 : les réseaux sociaux

La muscu

« La salle sans le snap, ce n’est pas la muscu! »

Lors du salon mondial du fitness, Paris, mars 2018, j’ai eu l’opportunité de tester de nouvelles machines « tout connecté ». Le principe est simple : lorsque l’on badge, la machine s’adapte en se positionnant à votre taille, votre amplitude, vos nombres de reps, … Ce tout connecté peut être très intéressant pour prévenir les blessures, pour gagner du temps, … Cependant, est ce que le « tout-connecté » dans les salles de remise en forme n’est pas un obstacle à l’élaboration de liens sociaux ? Ce premier article traitera du « tout-connecté » au niveau du pratiquant. Un second article s’intéressera à la partie machine et coaching.

Le développement de la musculation sur le web est un point très important dans notre société du sport et de la santé actuelle. En effet, la musculation et le « fitness » sont devenue LA solution pour perdre du poids. De fait, les entreprises et tout le business qui tourne autour de la santé et de la musculation sont très présent dans le quotidien de ces personnes sportives ou simples passionnées. Pour renforcer cela, le développement des réseaux sociaux se fait rapidement et de manière insidieuse puisque le nouveau phénomène du FitGame offre l’offre et la demande en même temps ! Une des phrases primordiales qui ressort de ma conférence au salon mondial du fitness est bel et bien : « la salle sans snap, ce n’est pas de la muscu ! ».

Il est important de définir les différentes utilisation de l’image du fitgamer sur les réseaux sociaux, puis de l’utilisation bénéfique du web dans le monde de la musculation, et enfin, à l’utilisation excessive de ces réseaux dans les salles de sport.

Les différentes utilisation de l’image du fitgamer sur les réseaux sociaux

Il est important de prendre conscience que la connexion est omniprésente chez le pratiquant. En effet, au quotidien, les réseaux sociaux envahissent les transports, le travail, les toilettes et même la douche ! Cette utilisation à l’extrême des réseaux et des nouvelles technologies propose de fait des avantages et des inconvénients. Avoir les réseaux sociaux sur son téléphone devient non plus un simple plaisir ou un besoin mais bien, une norme. Toute personne en dehors de ce milieu sera exclue car ce n’est pas « normal » en 2018 de ne pas avoir les réseaux sur sur téléphone… Il y a en revanche, un avantage très intéressant qui est bel est bien en lien avec cette omniprésence des réseaux : le contact avec le monde. Vous pouvez, quelque soit le lieu, votre occupation, … être en contact avec le monde entier. C’est un avantage majeur dans la vie du XXI° siècle.

Justement, se développent des communautés sous couvert de la télé-réalité qui se racontent leur passion. Nous parlons alors de communautés de pratiques1. Pour participer et être admis comme protagoniste de cette communauté, il faut avoir un langage adéquat, des actions adéquates, … Concrètement, il devient habituel et « naturel » de prendre en photo son sac de sport (le même chaque jour …) pour tenir au courant ses « amis / fans / communautés » (autres fitgamers donc) du fait important : l’action d’aller à la salle … Découle alors la création de nombreuse « identités virtuelles » qui ne sont qu’une copie modifié de nous-même : monsieur et madame « fit » sur Facebook ou Instagram.

Ce besoin d’appartenance est donc rempli par et grâce a ses réseaux. Cependant, quel est alors l’impact des personnes-phares, des modèles, des motivateurs de ces communautés-là ? Les influenceurs sont des fitgamers qui se font connaître puis impactent une communauté en la faisant évoluer (en bien comme en mal). Ces personnes-là partagent donc leurs vidéos et photos et de fait, leurs « fans » veulent faire de même. En les motivant, ces influenceurs leurs permettent de se remettre au sport. Un bémol que je vous suggère de vérifier tout simplement en venant au salon du fitness : croyez-vous vraiment que ces influenceurs font réellement tous les exercices « miracles » qu’ils vous montrent au quotidien ou, est-ce une manière de faire de la visibilité et de fait, de l’argent ? Un des exemple des manipulations du FitGame est bien se fait là. Quoi qu’il en soit, si les échanges sont favorisés grâce à ce monde connecté, il n’en demeure pas moins qu’ils restent généralement virtuels et non, réel.

L’utilisation bénéfique du web dans le monde de la musculation

Quoi qu’il en soit, ce « tout-connecté » prend place dans nos vie et répond à de nombreux besoins notamment : le besoin de trouver les bonnes réponses. Lorsque le pratiquant débute (ou non), il cherche généralement à obtenir des réponses rapidement et gratuitement. Internet réponds clairement à cela et la place des influenceurs prend tout son sens puisqu’ils ont le contrôle sur la visibilité de leur communauté. À l’inverse, n’est-ce pas très valorisant de pouvoir trouver « seul » la réponse à ses questions grâce au web ? L’important est réellement de trouver la bonne information. Et c’est le soucis justement puisque la visibilité n’est pas synonyme de compétences ni de connaissances.

Il est clair en revanche, que le gain de temps est très important puisqu’il ne semble alors plus nécessaire de prendre rendez-vous avec un spécialiste, d’attendre, d’aller au rendez-vous, d’expliquer votre situation, de rentrer chez-vous, … Il suffit de cliquer sur votre navigateur préféré et d’obtenir votre réponse.

De même, les préparateurs physique peuvent rentabiliser leur coaching pour faire de la prospection en même temps qu’ils font gagner confiance à leur client. Ils lancent la séance de coaching puis filment leur client entrain de faire le mouvement. Cela permet donc au client d’avoir, en plus, une vidéo de leur mouvement pour constater les progrès. Mais aussi pour partager cela autour de le lui (puisque les vidéos sont généralement réalisées sur Instagram ou SnapChat). De fait, ces clients deviennent source d’inspiration pour leurs amis. Un bémol ressort alors : lorsque le coach filme, il ne corrige pas la cliente et son attention baisse. Lors d’un cours entre ami, cela se conçoit. Mais en coaching … Quoi qu’il en soit ces nouvelles technologies permettent un développement important de la population française dans le sens que la sédentarité et l’exclusion est malheureusement très présente.

L’utilisation excessive de ces réseaux dans les salles de sport

Malgré tous ces bienfaits, vous avez donc remarqué que certaines dérives prennent formes. Il est temps de parler du phénomène du FitGame (musculation sur le web) et des dérives du tout-connecté. Tout d’abord, concernant le besoin de se filmer / prendre en photo pour partager à la communauté, il est devenu évident que de nombreux pratiquants le font au détriment de leur pratique : la performance mise en avant sur la photo passe avant la véritable performance. L’exemple du Street Workout est le plus flagrant puisque les techniques sont très dures à apprendre mais grâce à l’instantanéité des photos, certains n’hésitent pas à se faire mal pour réussir une seule photo. Voici un exemple réalisé pour une conférence : au moment de la photo je n’arrivais pas à réaliser la planche. Pourtant, on peut croire que je tiens, malgré la mauvaise position, en voyant cette photo.Mauvaise posture

De fait, la recherche de la visibilité semble entraîner des risques sur la qualité de nos mouvements, sur les respects de nos temps de repos, sur la pratique saine de la musculation. Pour renforcer et conclure sur cette idée-là il est important de parler des ces nouveaux pratiquants que j’ai interviewé pour mon doctorat et qui explique qu’ils ont peur du regard des autres et d’être filmé à leur insu. En effet, des personnes mal dans leurs peaux aiment dévaloriser et humilier les débutants. Parmi les effets de cette peurs, les personnes interviewées m’ont affirmées rentrer leur ventre sur les machines, bloquer leur respiration pour rentrer leur ventre encore plus, ne pas oser utiliser certaines machines qui leur empêche de cacher leur graisse, … Ce mal-être et cette peur d’être affiché sur les réseaux est significative de ce nouveau monde du FitGame qui a ses avantages mais aussi ses dérives. Le « tout-connecté » alors, oui, mais en respectant autrui … Ce qui n’est pas le cas actuellement dans de nombreux lieux. De plus, cet engouement pour le développement de son image réduit de fait les conversations dans les salles : l’exemple le plus flagrant est celui des « pareurs » qui lâchent leur téléphone le temps de sécuriser le mouvement puis y retourne juste après.

Est ce que le tout connecté dans les salles de remise en forme n’est pas un obstacle à l’élaboration de liens sociaux ? Concrètement, l’évolution des nouvelles technologies permet de nombreux avantages non-négligeables. Cependant, des dérives se font sentir avec le lien majeur qu’il y a entre la sédentarité, l’utilisation des réseaux sociaux et le développement des liens sociaux virtuels. Il faut donc comprendre qu’il y a un danger à ce « tout connecté » par la pratique développé à l’extrême de ces réseaux qui deviennent de véritables compagnons virtuels. Compagnons virtuels qui remplace rapidement le compagnon-humain … Le « tout-connecté », un développement intéressant et puissant s’il est bien utilisé, avec certaines dérives que vous devez éviter pour ne pas tomber dans l’excès dangereux de ce « tout connecté ». Nous parlerons du danger des machines « intelligentes » dans un prochain article.

Sportivement

BHC

Merci à Gaetan Voideck, coach sportif, pour les photographies.

Benjamin Hennequin (BHC), consultant – conférencier, préparateur d’athlètes et de coachs sportifs. Il réalise actuellement un doctorat sur l’évolution du monde de la musculation sur le web, ses dérives et les controverses du FitGame (présentation du doctorat sur benjamin-hennequin.com).

1Se référer à mon étude sur benjamin-hennequin.com

0 Commentaire(s)

Publicité