L’actualité de la prévention santé

Prévention

Santé

L’actualité de la prévention santé

par Preston-Lee Ravail

Preston-Lee Ravail

dimanche 10 décembre 2017

L’actualité de la prévention santé

Six mois après le lancement des programmes sport sur ordonnance quelles avancées pouvons-nous observer ?

Des avancées sont observées dans les domaines politiques cela passe par la volonté de donner à la prévention santé une place plus importante, volonté qui se traduit entre autre par la prévision de création de maison

Des avancées sont également observées sur le terrain à l’initiative des RSSBE (réseaux sport santé bien être).

Etat des lieux :

Décret Fourneyron Rappel

« Dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une affection de longue durée, le médecin traitant peut prescrire une activité physique adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient. Le décret précise les conditions dans lesquelles sont dispensées ces activités physiques adaptées et prévoit les modalités d’intervention et de restitution des informations au médecin traitant. »

Instruction ministérielle

Sur le plan législatif l’Instruction du 3 mars 2017 (instruction interministérielle n° dgs/ea3/dgesip/ds/sg/2017/81 du 3 mars 2017) défini les modalités de mise en œuvre du décret ci-dessus cité et les conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patients atteints d’une affection de longue durée.

Dans cette instruction sont précisées les modalités pratique de mise en œuvre ainsi que les acteurs concernés en premier lieu les ARS (agence régionale de santé) et les DR-D-JSCS (Direction Régionale départementale de la Jeunesse sport et cohésion sociale) dans le cadre d’une action de co-pilotage afin d’assurer le déploiement l’accompagnement l’évaluation du dispositif de prescription

Dans cette instruction est aussi précisé quels sont les professionnels pouvant dispenser sur prescription médicale une activité physique, adaptée à l’état clinique des patients

Il s’agit :

  1. Des professionnels de santé (kiné, ergothérapeute…)
  2. Des professionnels titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’activité physique adaptée (APA)
  3. Des professionnels et personnes qualifiées suivants, disposant des prérogatives pour dispenser une activité physique aux patients atteints d’une affection de longue durée soit :
    Des titulaires d’un diplôme figurant sur la liste mentionnée à l’
    article R. 212-2 du code du sport ou enregistrés au répertoire national des certifications professionnelles 
  4. Des personnes qualifiées titulaires d’une certification, délivrée par une fédération sportive agréée

Exemple de mise en œuvre sur le territoire national

Les structures sport santé éclosent, les projets sont nombreux, les formations sont pléthoriques celles-ci ne répondant pas toujours aux conditions d’une formations ETP (Education Thérapeutique du Patient)

Qui je le rappelle  doivent être coordonnés par un médecin, par un autre professionnel de santé ou par un représentant dûment mandaté d’une association de patients agréée

Un programme doit être mis en œuvre par au moins deux professionnels de santé de professions différentes.

Lancement de « prescri’forme » en Ile de France

Dans le cadre de ses missions le Plan Régional Sport Santé Bien-être (PRSSBE, existe dans chaque région) a élaboré en y associant le mouvement sportif, les représentants des collectivités locales et les acteurs de la santé, un programme permettant la prescription d’activité physique adapté

L’objet est de promouvoir la santé par la pratique d’APS pour tous et à tous les âges un moteur de recherche permet de trouver une association en fonction des besoins de santé

Force est de constater qu’en Ile de France les salles de remise en forme sont exclues de ce dispositif

Alors que la pratique dans une salle de remise en forme présente de nombreux avantages comme :

  1. Pouvoir pratiquer en toutes saisons
  2. La pratique permet de développer l’ensemble des aptitudes (physiques, physiologiques, psychomotrices, cognitives)
  3. La pratique est encadrée (dans certaines salles) par des éducateurs diplômés d’état

Alors quelle est la raison avancée pour refuser d’associer les salles de remise en forme ?

La réponse donnée est que le réseau associatif est suffisamment dense pour ne pas avoir à y associer le milieu commercial.

 Débat politique

Audition en commissions des affaires culturelles et des affaires sociales de Mmes Agnès Buzyn ministre de la santé et Mme Laura Flessel, ministres des sports

Lors de cette audition Mme Laura Flessel nous confirme la création de 500 maisons sport-santé bien-être qui vont être déployées sur toute la France et ce pendant le quinquennat

C’est un engagement de campagne du Président Macron et cela figure dans la lettre de mission de la Ministre des sports

Ces maisons seront des lieux d’innovation rassemblant des professionnels du sport et des personnes éloignées de la pratique sportive. Dans ces maisons seront proposés des parcours d’APS personnalisés.

 

Conclusion

Les chantiers ouverts aujourd’hui ne semblent pas laisser de place aux salles de remise en forme alors qu’elles ont en ce domaine une place à prendre  (à condition qu’elles remplissent les conditions d’accueil et d’accompagnement des patients).

Preston-Lee Ravail

www.conseil-sport-sante.com

 

 

Référence : 
Formation ETP
Instruction ministérielle
Prescri’forme
Audition à l’assemblée

0 Commentaire(s)

Publicité