Bien-être au travail : quelle implication chez les Français ?

Bien-être

Bien-être au travail : quelle implication chez les Français ?

par Team Envie de Forme

Team Envie de Forme

mercredi 20 avril 2016

89% des Français affirment être prêts à contribuer à la création d’un meilleur environnement de travail en vue de favoriser leur bien-être. Paradoxalement, seuls 36% sont effectivement impliqués dans cette démarche de transformation. Tels sont les faits mis en lumière par un récent sondage réalisé par ManoMano.fr, plus grande place de marché communautaire de bricoleurs.

C’est à l’occasion de la journée mondiale du rangement au bureau, célébrée le 21 mars dernier, que ManoMano.fr s’est intéressée au bien-être des travailleurs, notamment dans la gestion de leur espace de travail.
Et si les chiffres mettent parfaitement en exergue les contradictions des sondés, dont l’insatisfaction de l’environnement de travail va de pair avec un certain désintéressement dans la prise en charge de son aménagement, il reste que les travailleurs font parfois preuve de bonne volonté.

La sympathie des collègues : premier facteur de bien-être

Pour 93% des personnes interrogées, le côtoiement de collègues sympathiques est un levier important dans la sensation de bien-être en milieu professionnel. Bien avant la présence de plantes vertes, désirée pour 73% d’entre elles, la créativité, la luminosité des lieux ou un espace bien rangé, convoités respectivement par 50%, 41 % et 32 % des répondants.

Les Français, prêts à s’impliquer

89% sont prêts à contribuer à l’amélioration de leur espace professionnel. Une décision importante pour Christian Raisson et Philippe de Chanville, co-fondateurs de ManoMano.fr, pour qui « aménager un espace de créativité ensemble, monter un meuble dessiné par un collègue, décorer les bureaux avec plus de plantes vertes (qui pourraient même être cultivées par les équipes) … sont autant de démarches qui peuvent permettre de se réapproprier l’espace pour plus de bien-être au travail ».

 

0 Commentaire(s)

Publicité