FreeCross, l’elliptique s’évade des salles

Forme

Sports

FreeCross, l’elliptique s’évade des salles

par Pascal Turbil

Pascal Turbil

mercredi 16 mars 2016

Le succès de l’elliptique en salle annonçait ce nouveau produit.

Le succès de l’elliptique en salle annonçait ce nouveau produit. Il est désormais possible de travailler comme à l’intérieur, mais dehors. Sur les routes, les chemins, en forêts. Avec le FreeCross, le réel rejoint le virtuel.

Quoi de plus logique ? L’appareil cardio préféré des adhérents de salles de sport devait un jour ou l’autre quitter les parquets pour le grand air. C’est chose faite avec le FreeCross qui propose aux adeptes de s’aérer durant les beaux jours. Il s’agit d’un elliptique mobile, qui regroupe l’ensemble des capacités fitness. Ce qui fait de lui un appareil particulièrement populaire dans le monde du fitness de plein air (cf fitness en salle). On y retrouve le mouvement, fluide, qui permet un travail complet du corps et donc une meilleure dépense calorique dans une position physiologique, en supprimant les impacts musculaires et articulaires.

Quitter les écrans pour le réel

Le FreeCross, c’est comme en salle, mais à l’extérieur. Ludique, il permet de retrouver le plaisir d’évoluer sur les pistes cyclables, chemins, parcs, forêts… L’activation simultanée des membres inférieurs et supérieurs optimise le bon fonctionnement des systèmes cardiovasculaire et respiratoire. La position presque droite du corps sur le FreeCross favorise la circulation sanguine. Cela a pour effet d’accroître la sollicitation cardiaque. Il fait travailler l’ensemble des membres inférieurs : quadriceps, ischios-jambiers, fessiers, mollets. Ceinture abdominale transverse, abdominaux, et obliques ; comme les membres supérieurs : biceps, triceps, pectoraux, grand dorsal et deltoïdes.

L’entraînement des sportifs

Les clubs qui en ont la possibilité (espace à proximité) peuvent le proposer avec l’argument du “poids” (avant ou après les vacances). Le rendement musculaire étant optimisé sur le FreeCross, la dépense calorique est donc supérieure aux autres « activités cardio ». Les personnes en surpoids verront leur métabolisme de base augmenté de façon significative tout en protégeant leurs articulations dans la durée. En maintenant une intensité moyenne (60/70% de la Fréquence Cardiaque Maximum), l’organisme commence donc à brûler les graisses plus rapidement (25/30 min). Il peut également être utile dans le cadre d’une préparation physique (début de saison sportive). Dans ce domaine, deux avantages majeurs agissent en synergie pour une amélioration des performances : atteindre une fréquence cardiaque plus élevée qu’en courant ou pédalant et ménager son appareil locomoteur (muscles, squelette, articulations, tendons, ligaments). Les coureurs à pied et les triathlètes l’utilisent déjà. Le geste alternatif des membres supérieurs se rapproche, en effet, du crawl. Il est, par exemple, tout à fait possible de réduire le travail des jambes et d’insister sur les bras pour gagner en puissance en natation. Mais les sportifs, toutes disciplines confondues y trouvent un intérêt, notamment en cas de blessure, pour une réadaptation plus rapide. Existe en deux versions : FreeCross Nexus 2.0 (2999 € TTC, soit 2507,52 € HT) ; FreeCross Nuvinci 3.0 3499 € TTC soit 2925,58 € HT).

0 Commentaire(s)

Publicité