Le suivi nutritionnel chez les sportifs

Nutrition

Le suivi nutritionnel chez les sportifs

par Team Envie de Forme

Team Envie de Forme

vendredi 11 mars 2016

Interview avec le Docteur Didier Souveton

Où en est-on des bienfaits de l’activité sportive ?

Elle participe à une meilleure santé, diminue le risque de survenue de maladies chroniques, mais aussi du nombre de cancers, comme le cancer du sein et le cancer du colon. L’activité sportive a un bénéfice unique sur le métabolisme: elle restaure la sensibilité à l’insuline, sachant que cette diminution de cette sensibilité est le problème majeur de nos alimentations occidentales souvent trop sucrées. La pratique sportive régulière est aussi un excellent régulateur de stress ce qui n’est pas le moindre de ses avantages dans nos modes de vies d’aujourd’hui. La pratique sportive est donc une source indiscutable de bienfait physique et moral. La quantité de preuves est telle que maintenant les médecins vont pouvoir la prescrire à leurs patients. A voir en pratique.

Quel rôle joue l’alimentation dans la pratique sportive ?

Il est central, car toutes les actions physiologiques d’effort nécessitent, bien sûr du carburant mais aussi sollicitent les réserves en minéraux, vitamines et oligoéléments. Ce qui signifie que l’apport alimentaire doit être au plus près du besoin nutritionnel. Et les repères d’aujourd’hui manquent. D’une part, nombre d’études montrent que la qualité nutritionnelle de nos aliments est nettement inférieure à ce qu’elle était il y a 50 ans, d’autre part de nombreux scandales touchant le secteur agro-alimentaire ont touché la confiance des consommateurs. De plus les croyances alimentaires divergentes que l’on trouve sur différents forums n’aident pas à s’y retrouver. Ce qui fait la part belle aux compléments alimentaires dont le marché est en forte croissance et dont on ne maitrise pas vraiment leur action physiologique. Sans parler de leur coût.

Quels conseils donneriez-vous à un pratiquant régulier ?

Pour ceux qui s’entrainent 1 ou 2 fois par semaine, manger équilibré suffi t largement, en prenant soin de choisir des aliments de bonne qualité. A partir de 3 entrainements par semaine, le corps subit des modifi cations physiologiques qui nécessitent d’être plus précis dans l’apport hydrique et alimentaire. C’est valable pour le pratiquant de loisir qui veut rester en bonne santé, pour le sportif passionné qui se fixe des objectifs personnels et bien sûr le sportif de compétition dont une nutrition précise est nécessaire pour la réalisation des performances. Pour aller plus loin dans les conseils, ceux-ci vont être spécifiques pour chaque discipline puis pour chaque pratiquant. Il est évident qu’un sportif qui pratique la musculation n’a pas les mêmes besoins métaboliques que celui qui prépare son premier marathon, ce qui va impacter les choix alimentaires.

Existe-t-il des aliments «incontournables» dans la nutrition sportive ?

Oui, c’est l’eau !! Une déshydratation de 2% entraine une baisse du niveau de performance de 20% ; Il est donc essentiel pour le sportif d’avoir un apport d’eau suffisant en particulier pendant l’effort. Et il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire, c’est déjà trop tard. Une bonne façon de savoir si son niveau d’hydratation est suffisant est de vérifier la clarté de ses urines. Pour le reste des aliments, les glucides doivent avoir des charges glycémiques adaptés aux moments de l’entrainement, les graisses doivent être équilibrées entre les saturées et les insaturées, en particulier les omégas 3 qui jouent un rôle essentiel dans les membranes de toutes nos cellules et bien sûr, les protéines riches en acides aminés branchés dans des proportions utilisables pour l’organisme. Un bilan métabolique personnalisé est souhaitable pour établir des plans nutritionnels «sur mesure». Et ce qui est incontournable aussi, c’est la qualité du coach nutritionnel qui accompagne le sportif.

0 Commentaire(s)

Publicité